AETS, Gestion des Risques - Renforcement institutionnel - Développement durable

AETS en français AETS in english

Accueil > Actualités >

Soutenir l’accès à l’énergie durable et universelle en Indonésie

Soutenir l’accès à l’énergie durable et universelle en Indonésie

AETS, en partenariat avec EDF, vient de lancer un projet d’assistance technique pour soutenir un accès durable et universel à l’électricité en Indonésie. Le projet, financé par la Banque Asiatique de Développement (BAD), vise à soutenir la préparation et la mise en œuvre de projets dans le cadre de divers programmes de prêts dans le secteur de l’énergie en Indonésie.



Malgré les avancées de l’Indonésie dans le secteur de l’énergie, le pays présente un développement très inégal en termes géographiques. L’Indonésie orientale semble particulièrement en retard dans ce domaine par rapport à d’autres régions, comme Java ou Bali. Le manque criant d’énergie dans la partie orientale de l’Indonésie implique que la région lutte pour atteindre une croissance économique significative par le biais de l’agriculture, la pêche, les petites et moyennes entreprises, et le tourisme, qui requièrent un accès continu à l’énergie. De plus, les réseaux électriques de l’Indonésie orientale sont sous-développés et globalement de mauvaise qualité.

Le projet, qui devrait durer 5 mois, comprend un audit des programmes proposés, et notamment celui du Projet du secteur de transmission (avec une valeur estimée de $ 650 millions) et du Projet de développement de l’énergie géothermique (avec un valeur estimée de $ 355 millions), afin d’établir d’éventuels financements par la BAD. Les tâches essentielles liées au projet d’assistance technique incluront un appui pour les audits techniques, environnementaux, et sur la protection sociale; l’évaluation des risques et des impacts climatiques; la passation de marchés; l’évaluation économique et financière; l’évaluation des risques; l’élaboration de rapports, la communication et divers services de soutien.



Le projet, qui a été lancé le 1er mars pour un budget global de 750 000 €, exigera un total de 54 homme-mois de services de conseil ; 30 homme- mois de consultants internationaux et 24 homme- mois de consultants nationaux.